Calendrier

<<  Décembre 2019  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
        1
  2  3  4  5  6  7  8
  9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

26

Jui

2010

Première sortie spéléo
Écrit par Simon   
thumb_art-20100626-5Mercredi 23 juin, 21h, au pied de la Tine de Mayen:
- Tu fais quoi ce week end ?
- Je sais pas, rien de prévu pourquoi, tu as quelque chose à me proposer ?
- Oui, et je pense que ça va te plaire ...
Samedi 26 juin, Vionnaz, parking de "La COOP", j'arrive avec une demi douzaine de pain au chocolat, il faudra bien ça pour démarrer une journée qui s'annonce riche en découverte : Première sortie spéléo pour moi, accompagné de 3 "experts" du club St Ex : Alexandre, Joël, et Didier, qui seront mes guide pour aujourd'hui.


On passe chercher mon matériel (un kit complet loué gracieusement par le club), on mange un pain au choc', et on s'installe dans la Subaru 4x4 du club, seule vehicule à même de nous amener au dela du lac de Tanay, au pied des Jumelles, au depart du Creux, que nous allons au passage topographier.
30 minutes de marche, le Soleil tape deja, il est environ 9h, nous traversons les lappiaz en évitant sonieusement de chuter a travers la végétation dense et parfois traitre.
thumb_art-20100626-1thumb_art-20100626-2
Joel et Didier partent devant pour commencer à cartographier et Alex me brief sur les techniques de spéléo et les subtilités de l'équipement : bloqueur ventrale, poignée et pedale, descendeur autobloquant ... Ca ne diffère pas trop du canyon dans les techniques, mais je prête quand même grande attention aux conseils d'Alex, qui fait preuve comme d'habitude d'une grande pédagogie.
Briefing terminé, l'excitation est deja la, on descend enfin.
La première longueur me permet de me familiariser avec le descendeur autobloquant et une fois arrivé en bas on se sent déjà plus au frais, environ 3°, soit la température moyenne annuelle à cette altitude. Un premier passage étroit, on allume les frontales et on descend, a 4 pattes, en se penchant, comme on peut.
On décide de passer devant Didier et Joël qui jouent avec leurs nouveaux gadgets : un lasermetre, avec inclinometre et azimut, relié par bluetooth avec un palm ... et oui, c'est comme ça qu'on topographie en 2010.
thumb_art-20100626-3thumb_art-20100626-4
Deuxième longueur de corde, et le passage de la boite aux lettres, c'est la qu'on test sa résistance à la claustrophobie : à peine l'épaisseur de mon thorax + la combi + le matos. Ca passe tranquille et quelques mètres plus bas il faut dérouler le bout de la corde pour aller équiper le reste de la galerie. A moi d'équiper, Alex me regarde et m'attribue une note de style. Le verdict tombe : parfait. On retrouve à nouveau la fameuse pédagogie d'Alex, toujours positif ;-)
On descend au bout de la dernière galerie, nous sommes environ a moins 45m et il est midi passée, l'heure du casse croûte que nous partageons sous le regard d'un grenouille, qui doit se geler les ... pattes.
On remonte (avec la grenouille dans le bidon étanche) pour laisser le champ libre a Joël et Didier qui arrivent au bout du topo. Je ne suis pas au bout de mes découvertes. il faut doubler un point, et c'est moi qui m'y colle. Non content d'une première sortie spéléo, j'ai l'honneur de planter mon premier spit au tamponoir. Bien assis dans mes longes, marteau dans la main droite, tamponoir dans la main gauche, j'attaque. Planter un spit, c'est un mélange de force et de précision : je met des petits coups de marteau tout en tournant en douceur le tamponoir. Une fois le futur trou marqué, j'accélère le rythme puis Alex vient me relayer car ... je n'en puis plus. Une fois le trou suffisamment profond, j'assure la fin du travail : une petit cône au bout du spit et les derniers coups de marteau scellent définitivement le spit dans la roche. Il n'y a plus qu'a installer une plaquette. Tout est OK, on remballe le matos et on remonte.
Derniers efforts pour remonter à travers la boite aux lettre : c'est moins évident qu'a la descente, car il faut vaincre la gravité avec ses petits bras et les jambes qui pendent dans le vide. Je suis obligé de contrôler ma respiration et d'effectuer mon effort après avoir vider mes poumons sinon ca passe pas. Je m'en sors finalement mais Alex a largement eu le temps de filmer ça.
thumb_art-20100626-5thumb_art-20100626-6
Dernière etroiture on voit la lumière.
Dernière remontée sur corde, il fait 25°, on enlève la combi, et on libère la grenouille.
4 heures de plaisir, contexte et cadre parfait pour découvrir ce sport qu'est la spéléo, super équipe.
Merci à Alex, Dider et Joël ainsi qu'au club St Ex.