Calendrier

<<  Septembre 2019  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
        1
  2  3  4  5  6  7  8
  9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
Camp en L'Au 2012
Dimanche, 26 Mai 2013 21:32

Dimanche 12 août 2012

8h - Grand beau. La Subaru chargée à bloc, Alex, D’Artagnan (le surveillant garde-manger) et moi, prenons le départ pour le chalet de L’Au. Peu avant la ferme des Granger, un coureur avec le tibia cassé sollicite notre aide. Appel à la Rega, dépose hélico, prise en charge du blessé, tout est rapidement mené. Après ces péripéties, nous pouvons retourner à nos occupations : installation du camp pour la semaine, calibration des appareils de topographie, préparation du matériel spéléo, … Et une bonne nuit au chalet.

 

Lundi 13 août 2012

7h – Grand beau. Le but de la journée est de faire une reconnaissance au Gouffre Miguylu. Ce gouffre (découvert, et exploré par Mic, Guy et Luc) est quasi mythique. Il ne figure pas à l’inventaire des cavités de la région, il n’existe aucune topographie ou photo et les souvenirs sont plutôt vagues. Seuls subsistent au bas d’une page d’un des carnets à Bascu Chef, une série de coordonnées et le croquis d’une galerie marquée « vers -100 m ». Les coordonnées nous indiquent que l’entrée se trouve dans les falaises de Chaudin. Nous la localisons rapidement. Alex équipe une descente d’une dizaine de mètres au sommet des Rochers de Chaudin et découvre un petit boyau qui débouche sur un puits. Rapidement équipé, celui-ci donne suite à un autre puits, puis un autre,… Tout d’un coup, Alex, qui est en tête, s’écrie :

-« T’es déjà en-bas ? »

-« Non, je suis juste au-dessus de toi ! »

-« Mais alors pourquoi il y a de la lumière en bas ? »

En effet, au bas du puits, on peut apercevoir la lumière du jour. Une faille dans laquelle on peut se faufiler, au milieu des falaises, à 100 m du sol. Nous mangeons là, à 30 m sous terre, mais avec un rayon de soleil. Le repas terminé, nous continuons la descente. On trouve par-ci, par-là des vieux pitons ou spits. Après un petit puits, Alex débouche sur un énorme « gueulard » : un puits d’une cinquantaine de mètres     , avec de nombreuses concrétions. Le décor est phénoménal : le vide entouré de coulées de calcite, de méduses, de stalagmites, de draperies,… Suite à cette descente féérique, nous équipons le puits suivant avec les derniers mètres de corde. Pourtant le gouffre continue. Il va falloir revenir le lendemain  avec d’autres cordes pour continuer.

De retour au chalet, nous sommes accueillis par Rose et Catia, la cuisinière de l’année passée et une amie. Ensuite, petit apéro au chalet avec l’équipe à Granger, souper et bananes zeufflées.

 

Mardi 14 août 2012

7h – Grand beau. Nous nous préparons pour une grande découverte et prenons beaucoup de matériel. Le gouffre et le dernier puits équipé sont rapidement atteints. Nous installons la corde dans le dernier puits, Alex descend et triste nouvelle : c’est le fond ! Une trémie. Qu’à cela ne tienne ! Nous allons explorer le gouffre dans ses moindres recoins. Alexandre escalade une cheminée sur une quinzaine de mètres, malheureusement sans suite. Quant à moi, j’effectue une traversée en « pendule-escalade » plutôt impressionnante au milieu du grand puits. J’atteins une galerie qui se termine 10 m plus loin. Là, je trouve un vieux spit rouillé. Prouvant que nos prédécesseurs avaient déjà bien fouillés la cavité. Après avoir visité partout, nous sortons et redescendons au chalet. Un randonneur nous y attend. Soirée sympathique avec raclette et bananes zeufflées.

 

Mercredi 15 août 2012

8h – Grand beau. Aujourd’hui, Alex rentre chez lui en effectuant une traversée en VTT. Pour moi, balade, mesures aux sources, bricole, bois et ramassage des souris laissées par D’Artagnan…Arrivée de Sophie dans la soirée, pour une première nuit avec la pluie.

 

Jeudi 16 août 2012

7h30 – Pluies intermittentes. Sophie et moi allons au gouffre Miguylu. Lors de la montée (la première pour Sophie), je suis étonné de ne pas voir les bouquetins au col des Cornettes. Les jours précédents, ils nous narguaient depuis les falaises. Mais aujourd’hui, ils sont montés sur l’arête de Chaudin. Ils sont vraiment chez eux, même avec les petits. Ils ne bougent pas lors de notre approche et c’est à nous de zigzaguer entre eux pour atteindre la cavité.

La séance photo, les mesures géologiques et climatiques nous prennent la journée puis retour au chalet. Le soir, arrivée de Hubert.

 

Vendredi 17 août 2012

8h – Grand beau. Nettoyage du matériel et du chalet, rangement et retour en plaine.

Et voilà, un nouveau camp qui se termine. Malgré la faible fréquentation et un camp raccourci, nous avons fait de la très belle spéléo, avec comme toujours de magnifiques soirée au chalet de L’Au.

 

Didier